Quelques témoignages

lunettes glacier

Les lunettes de l'intérieur

Un étudiant : Dans cette retraite, deux choses m'ont beaucoup marqué :

la première, c'est qu'on n'est ici que des hommes et ce n'est pas rien.

La seconde est que l'on a des âges différents.

J'ai fait des choses avec des jeunes, avec la question en arrière-fond : « est-ce que je vais tenir ? » Votre présence m'a donné l'espérance.

Un homme en recherche d'emploi : J'ai la grande joie d'avoir trouvé des lunettes de vision nocturne, une boîte à outils pour les moments où l'on se retrouve dans le noir, comme quand quelqu'un a éteint la lumière : on sort la boîte à outils pour continuer à avancer et pour utiliser la paire de lunette de vision nocturne.

 

Un étudiant : Mes parents voulaient m'envoyer à un truc avec d'autres jeunes mais j'ai choisi cette retraite qui m'a bien réveillé de mon sommeil spirituel : j'ai pris comme une grosse claque doucement en cinq jours.

Un conseiller en communication, 11ème retraite : En feuilletant le Carnet de route de M. Jullien, j'ai relevé une phrase :

« une retraite ignatienne, c'est les lunettes de l'intérieur ». Puisque souvent la vie nous fait perdre de vue le plus important, remettre les lunettes nous permet de vivre les purifications nécessaires par les vertus théologales et d'accepter de recevoir quelque chose de la pauvreté.

Un homme en recherche d'emploi : J'ai eu du mal à entrer dans la retraite, je n'ai pas l'habitude du silence mais c'est aller un peu mieux au fur et à mesure. 

Un ouvrier, 9ème retraite : J'ai baigné dans la consolation et je me suis laissé guidé pour rester ferme dans la grâce de la foi, dans l'obéissance à la loi et aux commandements de Dieu. Je remercie le Seigneur d'être resté fidèle à la foi et à mon mariage malgré la maladie de ma femme.

Un religieux étudiant, nouveau : En arrivant, j'étais en quelque sorte « dans les pommes ». Je me suis retrouvé en milieu porteur. Qui que l'on soit, on apprend toujours. Si on ne s'ouvre pas à l'esprit Saint, il ne peut pas nous aider et l'on ne peut pas coopérer à l’œuvre de Dieu. Je prends un nouveau départ avec le Seigneur.

Un enseignant, nouveau : Je remercie le Seigneur d'avoir inspiré celui qui m'a invité à la retraite. J'en sors transformé après une expérience de plénitude.

Un expert comptable, 2ème retraite : Je ne savais pas que j'avais autant besoin de la retraite. Le silence m'a beaucoup aidé, silence qui n'est pas solitude et qui m'a permis de porter aussi les intentions exprimées par chacun en début de retraite.

Articles en relation